dimanche 11 décembre 2016

3148

Le hamac, voilà comment je conçois l’accrobranche.


On ne retrouverait pas tout ce plastique indigeste et nocif dans l’estomac des requins si les surfeurs faisaient eux-mêmes la planche.


Nous pouvons dire adieu à la laitue. Le saladier s’est renversé sur une tortue.

samedi 10 décembre 2016

3147

Au terme d’une vie de piété, de charité et de don de soi, le vrai saint aura à cœur de commettre les sept péchés capitaux afin de bien montrer à Dieu qu’il n’a pas mené cette existence exemplaire dans le but intéressé de sauver son âme.


Et pourtant elle ne mange que du plancton.


C’est en effet dans les souples chaussures d’Usain Bolt que le vieil impotent parvient encore à parcourir cent mètres.

vendredi 9 décembre 2016

3146

Aujourd’hui inévitablement un promeneur va faire une macabre découverte. Je n’ose quitter la maison. Et si c’était moi ? Et serai-je alors le promeneur ou le cadavre ?


De quoi le chauve est-il l’entame ?


À quoi ressemblerait le monde pourtant si le poète avait le fin mot ?

jeudi 8 décembre 2016

3145

Vraiment la pluie n’a pas besoin de tomber de si haut si c’est pour nous mouiller les cheveux.


dans l’église
c’est toux
ou rien


J’ai toute confiance en ce cornac. Il suffit de voir sa collection de porcelaines.

mercredi 7 décembre 2016

3144

La mortalité infantile est une chose terrible, mais fatale : les enfants qui ont survécu aux maladies et aux accidents meurent de vieillesse.


dix doigts
et une cigarette
rougeoient


Je suis en train de rassembler les parrainages pour la primaire qui va m’opposer à Alexandre Jardin en vue de l’élection présidentielle. Grande fierté : les maires de Yonville, Balbec et Combray m’ont promis leurs signatures.


mardi 6 décembre 2016

3143

La coiffeuse ne cesse de me recommander de ne pas bouger, puis elle finit par immobiliser mon crâne avec trois doigts de sa main gauche tout en maniant ses ciseaux de l’autre ; et soudain alors, je comprends ma méprise : elle est en train de sculpter ma tête dans le marbre.


Je crus avoir retrouvé mon calme, sur toutes choses étendu comme une neige douce, c’était encore ma colère – froide.


(Se peut-il pourtant que le monde soit encore plus absurde sans Gotlib ?)

lundi 5 décembre 2016

3142

Mes amis, l’heure est grave. Il est des moments où le sens du devoir exige de nous des sacrifices. J’ai donc pris la décision d’être candidat à l’élection présidentielle. Pas de gaieté de cœur, car j’ai mieux à faire.


Mais je ne peux laisser Alexandre Jardin diriger ce pays.


Je réclame l’organisation d’une primaire pour permettre aux Français de choisir entre lui et moi.